Ney نِی,

Ney de Pelin Sezgin Başar, photographié par Hiep Ngo et Antoine Joneau
Famille des flûtes Classification Dournon : 411.112 Aérophone, air contenu dans un corps tubulaire, insufflation par la bouche, embouchure terminale ouverte avec bord biseauté Le ney est une flûte oblique aussi rencontrée au Moyen-Orient sous diverses appellations (nay arabe, ney turc). Elle est souvent associée à la tradition soufie des Mevlevi dans laquelle elle incarne le souffle divin, l’énergie divine matérialisée en air et en sons. Le ney persan possède six trous et six nœuds de roseau, ainsi que des bagues en métal de renforcement.

Les enquêteurs

Hiep Nogo

Etudiant en L3 Musicologie, Université de Tours 2021-2022

Antoine Joneau

Etudiant en L3 Musicologie, Université de Tours 2021-2022

Description organologique

Famille des vièles à cordes frottées

Classification Dournon : 352.3 Cordophone de la famille des luths, vièle à corde frottées par une roue, avec bourdons

Cet instrument est emblématique du répertoire traditionnel français, mais il est aussi rencontré dans toute l’Europe. Elle a pour ancêtre l’organistrum et serait apparue au XIIe siècle en Europe Centrale. Dans le bourbonnais, à Jenzat, un musée lui est dédié. Depuis les années 1970 et la vague folk, elle connait un revivalisme et il existe aujourd’hui des modèles électro-acoustiques. Elle est aussi enseignée par des maitres-sonneurs dans quelques conservatoires.

Historique

Famille des flûtes Classification Dournon : 411.112 Aérophone, air contenu dans un corps tubulaire, insufflation par la bouche, embouchure terminale ouverte avec bord biseauté Le ney est une flûte oblique aussi rencontrée au Moyen-Orient sous diverses appellations (nay arabe, ney turc). Elle est souvent associée à la tradition soufie des Mevlevi dans laquelle elle incarne le souffle divin, l’énergie divine matérialisée en air et en sons. Le ney persan possède six trous et six nœuds de roseau, ainsi que des bagues en métal de renforcement.

Approfondissement

La flute ney est probablement une des flutes les plus anciennes car retrouvée sur les peintures d’une tombe pharaonique datant de 3000 avant J.C. Il est possible qu’elle ait même existé au-delà chez les sumériens. Elle se retrouve surtout dans les pays bordant le pourtour méditerranéen, où poussent les roseaux. Au moyen orient elle a été beaucoup aussi bien utilisée dans les traditions de cour que dans le monde rural. C’est l’instrument de prédilection de la cour ottomane. Elle a par ailleurs une signification religieuse qui en fait l’instrument emblématique de la confrérie soufi. En Turquie la flute Ney est fabriquée à partir d’un roseau et fait de neufs segments avec 8 nœuds. 6 trous sont situés dans sa partie antérieure et un trou dans sa partie postérieure au milieu de l’instrument. Différents jeux permettent de jouer dans la tonalité du maqam interprété. Le joueur place la flute de manière oblique dans le plan vertical ainsi que antéro-postérieur. C’est l’un des instruments clé de la musique ottomane ainsi que dans les cérémonies soufis, mais actuellement il est beaucoup utilisé dans les répertoires populaires.
Ney de Pelin Sezgin Başar, photographié par Hiep Ngo et Antoine Joneau

Les enquêteurs

Hiep Nogo

Etudiant en L3 Musicologie, Université de Tours 2021-2022

Antoine Joneau

Etudiant en L3 Musicologie, Université de Tours 2021-2022

Photographies

© D'ici et D'ailleurs - Histoires de musicien.ne.s en région Centre